Alain Berset zu Besuch in Biel zum Tag der Kranken 2018
Blumengrüsse der Spitex AareBielersee zum Tag der Kranken
Gemeinsames Mittagessen in Biel nach dem Gottesdienst zum Tag der Kranken
Heidi Hanselmann besucht Patienten am Tag der Kranken

«Nous avons hâte de reprendre les concerts dans les EMS et les hôpitaux.»

08. Février 2021

En temps normal, 200 formations se produisent à titre gracieux pour la Journée des malades.

Cette année, tout est un peu différent, car ces concerts si prisés ne seront pas possibles sous cette forme. Cela n’attriste pas seulement les personnes malades et souffrant de handicap, mais aussi les artistes. Présidente de la section zurichoise de l’Association suisse de la musique populaire (ASMP), à laquelle appartiennent près de la moitié des formations qui jouent ce jour-là, Edith Krägi évoque ce précieux engagement bénévole.

Depuis 2008, l’Association suisse de la musique populaire (ASMP), section zurichoise, donne des concerts gratuits dans les EMS et les hôpitaux. Quelle est l’origine de cette initiative?
L’impulsion provenait de l’ASMP de Zoug, quelques années auparavant déjà, et plus précisément de Zita Schlumpf. A Zurich, nous n’intervenions pas encore en tant que section, même si plusieurs formations membres participaient de manière sporadique et indépendante à la Journée des malades. Ces deux constats nous ont incités à être actifs sur le plan cantonal. Nous voulions d’une part coordonner les interventions et d’autre part inciter d’autres formations à suivre le mouvement.

Pourquoi la Journée des malades est-elle importante dans l’agenda annuel de l’ASMP?
Foncièrement, cette Journée est une bonne chose. Elle mérite d’être soutenue. Elle est bien perçue, tant par les musiciens que par nos membres. Cette occasion d’attirer l’attention sur les activités de notre association – sans attache partisane ou confessionnelle – n’est que la cerise sur le gâteau. Nous défendons le style traditionnel comme les inspirations plus modernes et pouvons en donner l’illustration lors de la Journée des malades.

Comment êtes-vous parvenus à convaincre autant de groupes à se produire gratuitement à l’occasion de la Journée des malades?
Le fait que la Journée des malades soit inscrite à l’agenda de l’ASMP depuis 2008 y a certainement contribué. Peter Messerli a joué un rôle actif dans la progression des participations, qui sont passées de 8 à plus de 60 actuellement. Ancien organisateur du Ländlersunntig (rendez-vous dominical annuel de musique folklorique en ville de Zurich [NdT]), il a de nombreux contacts et relations.

Vous-même, vous vous produisez lors de la Journées des malades. Dans quelle mesure est-ce un enrichissement, pour vous et pour les autres musiciens et musiciennes?
Il est toujours beau de procurer de la joie. Et c’est encore mieux lorsque l’on peut faire de la musique pour des personnes qui ne vont pas très bien.

Cette année, ces rendez-vous ne pourront pas avoir lieu en raison du coronavirus. Les institutions qui aimeraient organiser un concert dès que la situation se sera calmée peuvent-elles tout de même s’adresser à vous?
Bien sûr! Nous les musiciens et les musiciennes avons hâte de pouvoir à nouveau jouer en public. Chaque engagement que nous pouvons honorer nous réjouit. Toute personne qui a une idée musicale – pour la Journée des malades ou pour plus tard – recevra évidemment un bon accueil.

Par votre action, vous faites plaisir à de nombreuses personnes. Recevez-vous des réactions, et si oui de quel ordre?
Les institutions nous envoient des courriels de remerciement, dans lesquels elles s’annoncent déjà pour l’année suivante. Les groupes nous informent de leur côté si tout a fonctionné. Dans la plupart des cas, une collation est offerte aux interprètes, après le concert. Elle est toujours acceptée avec gratitude. Les proches des patients ou des résidents nous remercient aussi d’avoir procuré de la joie à leurs parents et à leurs connaissances.

Quels conseils pouvez-vous donner aux organisations dont la curiosité est éveillée et qui souhaitent également participer à la Journée des malades?
Comme musicienne, je puis dire qu’en plus de la satisfaction d’avoir fait quelque chose de bien, il y a toujours des demandes pour d’autres évènements – tels le 1er Août ou la fête de Noël – qui sont, eux, rémunérés. La section zurichoise de l’ASMP se tient à la disposition de toutes les organisations qui souhaitent s’engager dans le cadre de la Journée des malades et voudraient des conseils.

En conclusion, un évènement ou une rencontre vous ont-ils particulièrement marquée lors de la Journée des malades?
Oui, je mentionnerai l’édition 2020. Nous savions d’avance que cela ne serait pas simple. Nous nous attendions à de nombreuses annulations de la part des institutions. Trois EMS ont effectivement renoncé, le dimanche matin, pour des motifs de sécurité. Mais 61 formations ont tout de même pu jouer dans le canton de Zurich ce dimanche après-midi-là, notre groupe d’accordéonistes également. Les résidents ont pu chanter avec nous, danser et rire. L’atmosphère était insouciante et décontractée.

 

Image: Edith Krägi, présidente de la section zurichoise de l’Association suisse de la musique populaire (ASMP) a joué lors de la dernière Journée des malades au KZU Embrach avec son groupe d’accordéonistes «Am Mülibach».

Retour

Journée des malades

06 mars 2022

Nos partenaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Veuillez additionner 8 et 5.