Alain Berset zu Besuch in Biel zum Tag der Kranken 2018
Blumengrüsse der Spitex AareBielersee zum Tag der Kranken
Gemeinsames Mittagessen in Biel nach dem Gottesdienst zum Tag der Kranken
Heidi Hanselmann besucht Patienten am Tag der Kranken

«Nous nous associons à la Journée des malades, car c’est une initiative en phase avec nos valeurs et notre engagement»

19. Août 2020

Depuis dix ans, Romy Graf Allenspach est une figure incontournable de la Journée des malades. C’est grâce à elle que chaque année, à cette occasion, plus de 3500 personnes dans le canton de Saint-Gall reçoivent une fleur. Elle s’ouvre sur son rôle et explique avec beaucoup de passion en quoi la Croix-Rouge suisse (CRS) a, elle aussi, tout à gagner à s’associer à cette journée.

Depuis de nombreuses années, la CRS Canton de Saint-Gall s’associe à la Journée des malades. Pourquoi?
L’idée de cette journée est en parfaite adéquation avec le principe sur lequel nos prestations sont fondées, qui est de s’engager en faveur des personnes tributaires d’une aide. C’est une très belle chose de pouvoir organiser chaque année, en dehors du cadre habituel, une telle opération et d’offrir une petite attention aux personnes dépendantes.

Que se passe-t-il concrètement dans votre canton le premier dimanche de mars à l’occasion de la Journée des malades?
Ce jour-là, des intervenants des services d’aide et de soins à domicile de tout le canton rendent visite à des personnes âgées, malades ou handicapées pour leur remettre une orchidée avec une carte de la CRS. Les centres de jour offrent des fleurs à leurs patients. La Journée des malades profite ainsi chaque année à plus de 3500 personnes.

Une telle opération doit mobiliser beaucoup de personnes et nécessiter beaucoup d’organisation, surtout que le canton de Saint-Gall est très étendu.
La collaboration avec le fleuriste, les services d’aide et de soins à domicile et les centres de jour étant parfaitement rodée, l’organisation est minime. Les fleurs sont livrées la veille, sans quoi ce serait effectivement très lourd en termes de logistique. Le jour J, les intervenants des services d’aide et de soins à domicile distribuent les fleurs pendant leur tournée dans les régions, lors de leurs visites chez les bénéficiaires.

En quoi consiste votre rôle dans cette opération?
Je centralise les commandes de fleurs des organisations concernées. Par ailleurs, je fais imprimer une carte d’accompagnement, que je leur envoie avant la distribution.

Qui d’autre à la CRS est impliqué?
Mes collègues du marketing sont en contact avec les services d’aide et de soins à domicile et les centres de jour. Les associations cantonales de la Croix-Rouge argovienne et grisonne participent aussi à la commande groupée auprès du fleuriste, cependant chaque canton se charge de la distribution et fait appel à ses partenaires.

Chaque année, vous faites des heureuses et des heureux avec cette action. Selon vous, la CRS et votre organisation profitent-elles d’une telle opération? Si oui, quel avantage en tirent-elles?
L’opération vise à lancer un signal en faveur d’un monde plus humain, c’est un message extrêmement fort. La coopération avec les services d’aide et de soins à domicile et les centres de jour est aussi précieuse, car ces contacts débouchent souvent sur de nouvelles possibilités de collaboration au-delà l’action.

Et qu’en est-il des coûts?
Le ratio coût-avantage est très intéressant, l’investissement nécessaire étant relativement réduit. Le coût total des fleurs et des cartes est à peu près de 10 000 CHF. Rapporté au signal que nous envoyons et au nombre de bénéficiaires, ce montant n’est pas très élevé selon moi.

La CRS Canton de Saint-Gall n’est pas chargée de la distribution. Recevez-vous malgré tout quelques retours?
Ce sont probablement les services d’aide et de soins à domicile qui reçoivent la plupart des réactions, directement lors de la remise de l’orchidée. Mais nous aussi, nous recevons chaque année beaucoup de commentaires sympathiques par téléphone et par courrier. Certaines d’entre eux sont très touchants. Nous sentons une grande solitude chez beaucoup de ces personnes, qui sont très touchées par cette attention.

Quels conseils donneriez-vous aux organisations dont vous avez éveillé l’intérêt et qui souhaitent organiser quelque chose le 7 mars 2021 pour la prochaine Journée des malades?
Offrir et recevoir des fleurs fait plaisir. J’invite les organisations intéressées dans le canton de Saint-Gall à nous contacter afin que nous puissions discuter d’une collaboration. A l’avenir, il est tout à fait envisageable d’offrir autre chose que des fleurs. Pour des raisons de protection de l’environnement, on pourrait aussi distribuer des mouchoirs ou une autre attention de cet ordre.

Enfin, y a-t-il un événement en lien avec la Journée des malades qui vous a particulièrement marquée?
Une fois, nous avons dû reporter d’un jour la distribution, car on annonçait -25 °C la nuit. Les fleurs auraient souffert pendant le transport. Nous avons dû revoir notre organisation au pied levé. Mais toutes les personnes impliquées ont compris notre décision et les fleurs ont été livrées intactes à leurs destinataires le lendemain.

Romy Graf Allenspach est responsable Garde d’enfants à domicile et responsable Journée des malades à la CRS Canton de Saint-Gall

Retour

Journée des malades

07 mars 2021

Nos partenaires

Abonnez-vous à notre newsletter